Sandra Fastre

Breve poetique-Episode 7

Au Théâtre

La grille s’ouvre pour que notre mémoire raconte non pas

la nostalgie du lieu mais le socle de l’histoire d’une famille issue de la terre.

La lumière se faufile dans ces pièces 

où défilent à chaque fois un acte différent.

Le noeud Cornélien se joue tel un récit intime itinérant.

Tantôt une scène de repas, une réunion de famille se dévoilent

où le soir venu il est temps de se coucher

après une dure journée.

Ces tranches de vie deviennent les protagonistes du souvenir.

Un Théâtre du quotidien du monde agricole où l’on se suffit de peu

mais chacun s’y construit bienheureux.

Breve poetique-Episode 6

Les petits riens…

Nous ne voyons plus ces petits riens

Pourtant ils nous rappellent combien

ils sont importants…

Tels des gourmandises, enfantine, je les scrute

les observe et les savoure comme délicieux

Parce qu’ils sont précieux.

Ne te hâtes pas,

Prends ce temps-là.

Et regardes les puisqu’ils nous content

nos histoires.

Breve poetique-Episode 5

Innocence

Une fenêtre s’ouvre pour cet ange

où les possibles sont infinis

car rien n’est encore défini.

Quand ces petites mains arrangent

la multitude des combinaisons

Au centre des attentions, c’est une floraison

pâle où s’esquissent de tendres couleurs

nous laissant tout sourire face à ces regards enjôleurs.

Tout apprentissage devient jeu

que ce soit au bord de l’eau comme au beau milieu

des cubes où l’agilité est maître-mot

les premières syllabes sonnent à demi-mot.

L’on adore contempler cette innocence

d’un oeil attendri témoignant notre bienveillance.

L’amour de cette mère l’enveloppe de calins

et efface le moindre chagrin

protégeant ainsi le petit chérubin.

Après quelques jours dans les mots d’Houellebecq et de Venaille, voici un nouveau texte en Alexandrin, en attendant une nouvelle brève poétique.