Sandra Fastre

«Relevant de l’inconcevable plutôt que de l’indicible, les photographies sont des objets d’irrésolution. Elles tirent leur force de la franchise avec laquelle elles illustrent l’impossibilité de l’adéquation entre monde et pensée, ou entre objets et langage, tout en traitant le visible comme s’il était perçu à son apparition à l’existence. L’univers capté par la photographie est en somme une image de l’univers tel qu’il se présenterait au seuil de la pensée, au moment où celle-ci le ferait naître comme “monde”» . Extrait Le Réel de la Photographie, Arnaud Claass, Filigranes Edition, 2013.

«Relevant de l’inconcevable plutôt que de l’indicible, les photographies sont des objets d’irrésolution. Elles tirent leur force de la franchise avec laquelle elles illustrent l’impossibilité de l’adéquation entre monde et pensée, ou entre objets et langage, tout en traitant le visible comme s’il était perçu à son apparition à l’existence. L’univers capté par la photographie est en somme une image de l’univers tel qu’il se présenterait au seuil de la pensée, au moment où celle-ci le ferait naître comme “monde”» . Extrait Le Réel de la Photographie, Arnaud Claass, Filigranes Edition, 2013.